Wisdom of Life

L’indifférence et l’indifférenciation

Entre personnes de bonne foi, nous avons espéré qu’une réforme des cours de religion et de morale puisse soumettre à la confrontation raisonnable les convictions, ou les absences de convictions des uns et des autres. C’est le sens de la démarche proposée par des philosophes soucieux de résorber le fossé qui se creuse dangereusement entre la mentalité religieuse et la mentalité séculariste (J.-M. Ferry pour n’en citer qu’un).

L’avenir nous dira si nous avons été naïfs de vouloir croire que l’introduction d’un cours d’Education à la Philosophie et la Citoyenneté (EPC), en parallèle aux cours de religions et de morale existants, aura modestement favorisé cette confrontation. Mais pour engager cette confrontation, il faut d’abord admettre que chacun puisse avoir ses raisons, quand bien même elles heurteraient. Et à supposer que l’on entende les raisons qui nous heurtent – ce qui n’est pas rien –, on n’irait pas de suite à la paix mais on désamorcerait le conflit. Sans ce premier pas, prétendre à la paix est infâme et l’espérer inutile.

Dans notre société « borderline », la masse pense par procuration et se cherche une identité par narcissisme : un tel se tatoue, une autre se voile. Comment « vivre ensemble » alors ? « Plutôt deux fois qu’une : deux heures par semaine pour ce sujet [la citoyenneté] qui peut apporter la paix dans nos sociétés, c’est le minimum vital. Vous avez le choix : ne vous trompez pas! » Le tract de la FAPEO vide les mots de leur substance.

Il ne suffit donc pas à ceux qui entendent supprimer les cours de religion que de nombreux maîtres et professeurs qui les donnent aient peur de froisser leur direction ou leur PO, de crainte en défendant leurs cours (on n’ose écrire « leur foi ») d’être évincés de celui d’EPC. Les arguments des uns et des autres ne pèsent pas lourd face à la politique comme elle va : cette manière de résorber la résistance religieuse à l’esprit déshumanisant de notre temps. Comment s’étonner dès lors que ce totalitarisme « soft » fasse croître les fruits amers de l’indifférence et de l’indifférenciation ?

Axel De Backer

 

Auteur: CEREO

Le CEREO est un Collectif d'Enseignants de Religions dans l’Enseignement Officiel francophone.

Laisser une réponse