Wisdom of Life

CEREO: MISE AU POINT

Après plus deux années d’existence du CEREO, il nous semble utile de rappeler à nos adhérents, enseignants de religion ou pas, ses objectifs et le chemin déjà parcouru depuis sa naissance. Peut-être est-ce également utile de rappeler que le CEREO est né suite à la réforme des cours philosophiques qui a été lancée par le gouvernement, pratiquement en secret, sans aucune concertation avec les acteurs concernés, à savoir les enseignants et les parents d’élèves. Une réforme qui a aussi été précipitée, profitant ainsi d’une période difficile pour les citoyens belges qui venaient d’être confrontés au drame survenu à Paris (7 janvier 2015). Il en a ainsi résulté la suppression d’une heure de cours hebdomadaire de religion sur les deux jusqu’alors existantes.

C’est donc suite à ce manque de considération et de mépris des autorités politiques et de certains pouvoirs organisateurs vis-à-vis de leurs enseignants et de leurs élèves, inscrits respectivement dans leurs cours de religion, que le Collectif des enseignants de religion dans l’enseignement officiel (CEREO) a été initié par des professeurs de religion catholique, musulmane, israélite, orthodoxe et protestante. Le CEREO se donne depuis comme vocation de fédérer les maîtres et professeurs qui enseignent la religion dans les écoles fondamentales et secondaires de l’enseignement officiel francophone et de défendre par tous les moyens légaux le maintien de l’heure restante de religion hebdomadaire inscrite dans les grilles horaires officielles des établissements et dans le programme officiel obligatoire de l’enseignement organisé et subventionné par la Fédération Wallonie-Bruxelles, ainsi que les professeurs qui s’y rattachent.

Plus précisément, le CEREO met un point d’honneur à défendre de manière objective l’emploi des enseignants, tant du fondamental que du secondaire, le respect des règles en matière de nomination, l’attribution des heures de cours, le respect d’un nombre d’implantations humainement acceptable, la possibilité de permettre à tous les maîtres et professeurs de religion, quels que soient leurs titres, de pouvoir enseigner le nouveau cours d’éducation à la philosophie et à la citoyenneté dans la même implantation et aux mêmes élèves, d’élargir au maximum la période transitoire pour permettre aux maîtres et aux professeurs de religion qui le souhaitent de se former au nouveau cours d’EPC dans de bonnes conditions.

Le CEREO s’engage également, par tous les moyens disponibles, à informer de manière objective les enseignants de religion quant à l’avenir de leur profession, à la conservation et à la défense de leurs droits et de leurs statuts.

Pour atteindre ces objectifs, le CEREO cherche à établir un dialogue constructif dans un cadre démocratique avec toutes les personnalités politiques et institutions compétentes, religieuses ou non, et avec les enseignants et les parents d’élèves concernés par la cause. Précisons également que le CEREO n’a pas la prétention de représenter tous les enseignants de religion, seuls ceux qui y ont adhéré volontairement, à travers une inscription via le site Internet ou lors d’événements organisés par celui-ci le sont. Le CEREO ne fait aucune différence entre les enseignants, les parents d’élèves qu’ils représentent ni entre les partis politiques avec lesquels il est amené à négocier. Il ne prend parti ni ne défend aucun groupe politique. Il ne fait que rapporter et relayer les faits et les positions tels qu’ils sont, pour rendre compte au mieux de la réalité à ses adhérents.

Le CEREO peut également être amené à organiser des événements (colloques, conférences, débats, etc.) pour informer et sensibiliser l’opinion publique sur les enjeux concernant la question de la réforme et des cours de religion. À ces événements peuvent être invités, en plus des enseignants, des parents d’élèves, des responsables de pouvoirs organisateurs, des responsables d’institutions religieuses, des personnalités politiques, syndicales et académiques.

À ce jour, plusieurs rencontres ont eu lieu avec l’ex-ministre de l’Enseignement Joëlle Milquet et la ministre actuelle Marie-Martine Schyns, ainsi qu’avec plusieurs autres personnalités politiques des différents groupes, et avec le syndicat CSC, à travers son secrétaire général Eugène Ernst. Le CEREO a également été entendu par la Commission de l’Éducation au sujet du projet relatif à la mise en œuvre du cours de philosophie et de citoyenneté dans l’enseignement fondamental en date du 30 juin 2016. Les membres de la Commission n’avaient malheureusement pas tenu compte de nos revendications.

Plus récemment, le CEREO a décidé de collaborer avec le collectif de professeurs de morale (CPM) pour défendre ensemble nos différents cours. En plus d’une réunion menée en commun avec la ministre de l’Enseignement, Marie-Martine Schyns, le 9 janvier 2017 et le 9 mars 2017, il a été décidé d’agir également ensemble pour le lancement d’une action en justice devant la Cour constitutionnelle pour attaquer plusieurs aspects du décret sur le cours d’EPC. Dans cette collaboration, nous voyons, en plus de l’aspect symbolique qui démontre ainsi que religieux et laïques peuvent contribuer ensemble à l’édification d’une vraie citoyenneté basée sur l’acceptation des autres et l’agir ensemble ; une stratégie politique nous permettant d’avoir une plus forte capacité d’influence. Il va sans dire que cette collaboration allégera également les frais que devra débourser le CEREO pour l’avocat, puisque les honoraires de celui-ci seront partagés en deux parts égales. Et puis, ne perdons pas de vue notre devise nationale « l’union fait la force ».

Suite aux récentes déclarations de la ministre de l’Enseignement, nous pouvons d’ores et déjà constater que celle-ci est prête à revoir sa copie sur certains aspects du décret, notamment le fait de permettre aux enseignants des cours philosophiques de pouvoir enseigner dans une même école le cours de religion/morale et l’EPC, mais pas aux mêmes élèves. Nous considérons que c’est une bonne avancée, mais bien insuffisante dans un cadre légal et de droit. En effet, nous pensons qu’il est inacceptable et injustifiable dans notre démocratie d’exclure les enseignants de cours philosophiques de la possibilité d’enseigner le cours de religion et d’EPC aux mêmes élèves d’une même implantation, dès lors que les conditions de titres requis et de neutralité sont présentes.

Le mercredi 8 février 2017, le CEREO à organisé un communiqué de presse conjointement avec le collectif des professeurs de morale pour informer officiellement du recours en justice contre le décret EPC émis pour le fondamental.

Autant vous dire que l’entreprise n’est pas une mince affaire, aussi, nous comptons sur vous pour nous soutenir à tous les niveaux, notamment financièrement[1], dans cette lutte pour la défense de nos droits en tant qu’enseignants, du maintien et de la légitimité de nos cours respectifs. Il est, me semble-t-il, inutile de rappeler combien nos cours de religion sont fondamentalement importants dans l’édification des futurs citoyens de demain et dans la lutte contre toutes les formes d’extrémismes liées à la religion. En effet, nous sommes convaincus que les enseignants de religion, agents de paix au sein de leur(s) école(s), sont les mieux placés pour déconstruire les préjugés et les idées extrêmes, si toutefois il en existe, chez les élèves.

Quant à ceux qui ne souhaitent pas nous soutenir, nous les invitons à faire preuve de pudeur et de respect vis-à-vis de leurs collègues qui sacrifient sans compter de leur temps, de leur énergie et de leur argent pour mener à bien cette mission que nous estimons noble et juste. Ceci étant dit, vous pouvez à tout moment nous envoyer vos critiques et vos suggestions lorsque celles-ci sont constructives, et même proposer votre candidature pour rejoindre le noyau dur du CEREO si vous vous sentez l’âme d’un(e) militant(e).

Et pour conclure, nous souhaitons rappeler ces belles paroles d’un homme qui a su marquer l’histoire par son courage et sa détermination : « […] la lutte pour la liberté ne consistait pas seulement à faire des discours, à tenir des meetings, à faire passer des résolutions et à envoyer des délégations : il fallait aussi une organisation méticuleuse, des actions militantes de masse, et par-dessus tout, la volonté de souffrir et de se sacrifier » (Nelson Mandela).

Saïd ANDOUH

Professeur de religion islamique

[1] Le numéro de compte du CEREO vous sera très prochainement communiqué.

Auteur: CEREO

Le CEREO est un Collectif d'Enseignants de Religions dans l’Enseignement Officiel francophone.

Laisser une réponse